Pourquoi de la formation ?

 

Un passé d’enseignant et formateur

L’enseignement est un de mes premiers métiers puisque j’ai commencé ma vie professionnelle comme assistant dans une université, autrement dit enseignant-chercheur, en mathématiques pures. Pendant de nombreuses années, j’ai enseigné cette discipline, ainsi que l’informatique, à divers niveau, du pré-bac jusqu’en troisième cycle.  Je garde dans l’ensemble un bon souvenir de ce temps. Enseigner la science exacte a été une expérience fantastique qui a marqué ma vie et ma pensée.

Puis je me suis dirigé vers la formation « sciences humaines » auprès d’étudiants d’université, ou des futurs enseignants, ainsi que des personnes d’entreprises publiques, d’associations, ou des élus de la République. J’ai pu ainsi former à la communication, la conduite de réunion, la gestion des conflits, divers aspects du management, ou de contact avec la presse.

Une passion de la transmission

Enseigner et former ont toujours été un plaisir, celui de transmettre. La formation se rapproche de l’éducation sans se confondre avec elle. Transmettre, c’est livrer à l’autre ce que l’on a pu acquérir de la part d’autres, ou que l’on a construit soi-même, en lui laissant le loisir d’en faire ce qu’il veut. Transmettre, comme éduquer, c’est se prolonger en l’autre, sans s’inclure en lui, en acceptant sans réserve ce qu’il fera de ce qu’on lui a transmis.

La formation : une nécessité

Il est absolument nécessaire de se former, surtout lorsqu’on exerce un métier. Et pour beaucoup de métiers, il est nécessaire de se former tout au long de sa vie professionnelle. C’est le cas de la psychothérapie qui est en constante mutation tant dans ses objectifs que ses références et méthodes. Il y a diverses façons de se former : lire, assister à des conférences ou congrès, partager avec des confrères ou consœurs, travailler avec quelqu’un qui a plus de compétence ou d’expérience. On peut aussi participer à des sessions de formations qui sont ciblées sur un sujet que l’on a envie de travailler. On profite alors du savoir et du savoir faire des formateurs.

Quelques conseils 

Avant de se lancer dans l’investissement – en temps, en argent et en disponibilité – il est important de se poser diverses questions :

  • Pour quelles raisons je souhaite faire cette formation ?
    • Pour acquérir des savoirs
    • Pour acquérir des savoir faire
    • Pour acquérir un diplôme, une certification ou autre validation.
    • Pour évoluer dans ma personne
    • Parce que je veux me cultiver ou simplement parce que ça me plait.
  • La qualité de la formation et ce que je vais en retirer justifient-ils l’investissement que je vais y mettre. En particulier, s’il y a un objectif professionnel, est-ce qu’il se justifie en terme de qualité de travail ou de retour sur investissement (oui, il faut bien souvent se poser cette question bien terre à terre).
  • Y a-t-il d’autres formations qui pourraient conduire au même résultat ? Pour cette derrière question, il faut prendre en compte tout ce qu’on en attend, y compris le plaisir personnel. On peut ainsi préférer telle ou telle formation parce qu’on va y retrouver des personnes amies.

Attention à l'abus de formation!

La formation est un immense marché et certaines en abusent pour proposer des formations qui n'ont pas forcément raison d'être. 

En particulier, dans le champ de la psychothérapie, on voit fleurir des formations spécialisées sur un domaine très précis, à la portée limitée. Pour un praticien d'expérience, il n'est pas forcément nécessaire de se former pour élargir son champ de compétence. Il est possible, d'abord, de réfléchir et ensuite d'aller chercher l'information qui manque. Si on ne la trouve pas, il est alors pertinent de chercher une formation adaptée.

Par ailleurs, une mauvaise habitude prise est d'évaluer l'intérêt d'une formation au nombre d'heures qu'elle annonce. Cela incite certains à allonger le temps de formation. Or ce qui est important, en réalité, c'est le contenu et les méthodes qui sont employées, non le temps qu'on y consacre.