Les « Psys » : des professionnels de la psychothérapie.

Comment s’y retrouver avec les diverses catégories de praticiens que l’on est amené à consulter lorsqu’on a besoin d’aide psychologique ? Donnons quelques renseignements, qui ne concernent pas les professionnels utilsant la psychologie sans que ce soit le coeur de leur travail. Je veux parler des psychomotriciens, orthophonistes, et autres professions para-médicales.

Deux catégories de professions

Les réglementées, qui se définissent par un diplôme garanti par l’état :

Psychiatres psychologues et psychothérapeutes.

Les réglementations reposent toutes sur un diplôme, Mais elles n’exigent ni une formation à l’écoute ou à la pratique de la psychothérapie, ni un travail sur la personne même du psy, qui est pourtant l’essentiel de ce qui fait un « bon psy ».

Les libres, qui se définissent eux-mêmes par un cursus personnel et l’appartenance à un groupe professionnel :

Les psychanalystes

Les « autres ». Ils se définissent  comme "psychopraticiens" ou "praticiens de la psychothérapie". ils ont en général été formés par des écoles privées de psychothérapie.

Beaucoup de praticiens satisfont aux critères des deux catégories.

Les professions réglementées

Les professions libres

Un psychiatre est un médecin – donc titulaire du doctorat en médecine - qui a suivi en outre un cursus universitaire et hospitalier de 4 ans, spécialisé dans le traitement de la maladie psychique. Il peut prescrire des médicaments, ou des traitements physiques (électro-chocs ou sismothérapie) ou prononcer un internement en hôpital psychiatrique.

Un psychiatre peut faire une feuille de maladie et ses honoraires sont donc, partiellement ou pleinement, pris en charge par la sécurité sociale.

Un psychanalyste est un praticien de la psychanalyse. Il est passé par un double processus de travail psychanalytique sur lui même : une première analyse personnelle, et une deuxième dite didactique. Il est en outre, généralement membre d’une groupe de psychanalystes qui l’a intégré et reconnu comme un des siens. Il n’est pas nécessaire qu’il ait fait des études de psychologie, mais c’est le cas de la plupart d’entre eux.

 

Un psychologue est titulaire d’un diplôme de troisième cycle (bac+5). Ce diplôme est décerné par les universités ou certaines écoles agréées.

Les psychologues cliniciens ont une partie de cette formation consacrée à la psychopathologie, incluant des stages pratiques dans des établissements de traitement des troubles mentaux

En cabinet privé, les psychiatres et psychologues pratiquent des psychothérapies. La plupart ont eu aussi une formation spécifique à la psychothérapie,  et ont suivi un processus de travail sur leur personne, mais ce n’est pas légalement obligatoire, et n’est pas inclus dans leurs études.

Un praticien de la psychothérapie(qui s’appelait il y a peu psychothé­rapeute) n’a pas besoin, légalement, de diplôme, mais a été formé par trois approches complémentaires :

· Une formation théorique sur une ou – la plupart du temps – plu­sieurs méthodes de psychothérapies, toutes fondées sur des théories psychologiques (la psychanalyse en est une des principales – pour les autres, voir quelles thérapies)

· Une formation pratique à l’écoute, l’accueil, et la prise en compte de la relation humaine.

· Une formation sur soi, incluant une thérapie personnelle. C’est ce qui garantit le mieux que le psychothérapeute est suffisamment solide dans son propre psychisme pour pouvoir assumer la prise en charge de celui d’autrui.

Il existe des regroupements professionnels, syndicats ou association savantes, qui  ont aussi un processus d’accréditation par les pairs. Ceci est un gage de sérieux puisque le praticien accrédité a été reconnu compétent par d'autres praticiens. Mais il faut être prudent et se renseigner sur le groupement en question et vérifier qu'il est bien constitué de personnes compétentes, non seulement dans l'exercice de leur métier, mais aussi dans leurs capacité à se prononcer sur leurs confrères.

Une loi datant de 2004, dont le décret d’application est paru en mai 2010 réglemente le titre de psychothéra­peute. Cette loi, qui fut  est contestée par tou­tes les organisations professionnelles d'anciens « psychothérapeutes » exige des conditions compliquées pour utiliser ce titre. En pratique, la plupart d'entre eux sont également psychologue ou psychiatre.