Un "psy" c'est aussi, et d'abord, une personne

 

Ce qui est essentiel dans la psychothérapie et tout travail psychologique, c’est la relation entre deux personnes. Le thérapeute n’est pas seulement un technicien appliquant une méthode qu’il a apprise et qu’il connaît, c’est avant tout un homme ou une femme qui s’implique dans l’évolution de la personne qui est venue le consulter. Cette utilisation de la relation est exclusivement au service du client, complètement tournée vers lui ; c’est pourquoi il est nécessaire que le thérapeute ait fait un travail de psychologie sur lui-même, afin de ne pas gêner le processus thérapeutique par ses problèmes personnels.C’est pourquoi aussi, il est fondamental, lorsqu’on entreprend une thérapie, de se sentir à l’aise, en confiance avec le thérapeute. La transparence me semble donc importante. Dans le cadre du travail psychologique, il m’arrive de faire des références à mon expérience personnelle. C'est rare, et se fait uniquement dans l’intérêt de la personne. Toutefois, je souhaite livrer quelques aspects de ma vie hors profession, qui ne sont d’ailleurs pas des secrets.

 

Une famille

Trois enfants, auxquels s’ajoute le fils de ma deuxième épouse, et dix petits-enfants. Cette famille est pour moi très importante, source de grands bonheurs, et parfois aussi de soucis. D’une manière générale, la vie familiale a toujours été pour moi prioritaire. Elle a aussi beaucoup inspiré les travaux de recherche dont j’ai parlé par ailleurs. Elle est une source d’expérience pour l’aide que je peux apporter aux couples ou familles ayant des difficultés.

Une passion

J’ai une autre passion : la montagne. En compagnie de mon épouse, j’ai déjà parcouru beaucoup de kilomètres dans les montagnes européennes, et gravi pas mal de sommets. Depuis quelques années, nous nous sommes attaqués également à des sommets de divers endroits de la planète. Si vous aimez la montagne, vous pouvez visiter notre site, qui raconte nos aventures et montre nos photos personnelles.

Le Mera Peak est un sommet "facile", d'un niveau technique inférieur au Mont Blanc, mais avec le problème de l'altitude, nécessitant une acclimatation. On peut voir, autour de soi, les géants des montagnes, cinq des six plus hauts sommets du monde, dont le Chomolungma, plus connu sous le nom d'Everest, et tout le massif du Khumbu, au Népal. Cette magnifique journée fut pour moi un beau cadeau d'anniversaire, le jour de mes soixante trois ans. 

Moins haut et tout aussi beau

 Si vous voulez en voir plus