Les autres métiers que j'ai exercés

La recherche

Comme beaucoup de professionnels de la psychothérapie, j’ai eu une autre vie professionnelle, ce qui fait la richesse et la variété de la profession. J’ai commencé ma vie professionnelle comme chercheur mathématicien et enseignant de mathématiques et informatique. Cela m’a conduit à passer le concours d’agrégation et à soutenir une thèse de doctorat.

La pratique de la science exacte m’a beaucoup apporté, dans la rigueur, et surtout la possibilité de faire abstraction de mes propres ressentis, impressions, préjugés, et de pouvoir plus facilement m’adapter aux idées de la personne qui est en face de moi, lors d’une psychothérapie. C’est particulièrement utile lorsqu’on fait référence à des modèles systémiques qui se réfèrent à la logique mathématique. Par contre, il m’a fallu du temps pour apprendre l’univers « Psy » plus souple et instable que la rigueur mathématique. Ce changement s’est opéré vers quarante ans, au moment où j’ai repris un cursus universitaire et suivi une formation personnelle à la psychothérapie et sexothérapie.

Tout en commençant à exercer la psychothérapie et la sexothérapie,  j’ai changé de domaine de recherche, pour me consacrer aux sciences humaines, psychologie et sciences de l’éducation. J’ai essentiellement travaillé sur les questions de familles. Mes recherches ont donné lieu à plusieurs livres. Si vous êtes intéressé, vous pouvez trouver des éléments de bibliographie dans la page de ce site intitulée « Mes écrits » .

A ce titre, j'ai été membre titulaire de l’équipe « éducation et formation » de l’université de Nanterre, je suis titulaire du diplôme d'Habilitation à Diriger des Recherches (HDR), ce qui veut dire que je peux diriger une thèse de doctorat, ce que j'ai fait.

 

L'enseignement et la formation

La pédagogie et la psychothérapie ont beaucoup de points communs. Il n’est pas rare qu’en thérapie, notamment sur des questions sexuelles, une explication fasse avancer une personne, car beaucoup de problèmes qui nous perturbent viennent d’une méconnaissance, ou d’une idée fausse. Réciproquement, l’enseignement est d’autant plus efficace qu’il est adapté à la personne qui veut apprendre.

La formation universitaire a occupé une partie de ma vie professionnelle pendant 42 ans. j'ai été amené à enseigner les mathématiques et l'informatique depuis le niveau bac-1, à celui de bac+5. Puis j'ai eu la chance de pouvoir créer des formations en communication humaine et en pédagogie, toujours dans le cadre universitaire.  La dernière remonte à février 2010, et s'adressait à des doctorants, ces "grosses têtes" qui deviendront les futurs chercheurs.

Ce désir de transmettre me pousse également à proposer des formations à des consœurs et confrères, dans mon domaine de prédilection.